Le mieux c'est de tout faire pour éviter que cela n'arrive en veillant à ce que la dérive soit bloquée en position haute (si vous mettez toujours le taud de dessous vous n'aurez pas ce risque). 

Sinon elle peut pivoter sur son axe et toucher la route... et voilà le résultat !

 Démonter la dérive (deux vis de part et d'autre du puits) ... et la faire sécher pour qu'il n'y ait plus de traces d'humidité dans le composite qui supporterait très mal et se délaminerait rapidement

Préparer un patron de la partie manquante rayon75 mm 

Pour permettre à la partie à refaire de se lier avec la partie restante il faut creuser l'âme...

Fixation du moule au double face, fabriqué dans de la feuille cartonnée, pour refaire la partie manquante,                       sur la partie de dérive saine.

 Le moule est prêt à recevoir la matière...

Préparation de la matière, résine (Epoxy) fluide et chargée en micro-billes de verre

 ... et de morceaux de lattes (récup de 420 ou de Laser) pour faire la liaison mécanique

entre l'âme d'origine creusée précédemment et la partie ajoutée de la réparation...

 Marouflage de l'ensemble...

C'est sec...

et on "démoule"...

 

Après il faut poncer pour retrouver le diamètre de 75 mm et en allant jusqu'à la partie originale en carbone pour rattraper la continuité de l'épaisseur ... puis préparer des bandes de fibre satin de verre pour la rigidité autour de l'ame

(3 épaisseurs de grammage ) j'espérais recevoir quelques fibres de carbone de la part de Joachim Harpprecht le constructeur mais vu la petite partie à refaire sur une zone où les contraintes ne sont pas maximum ...

ébarbage du surplus, bien faire attention à protéger la partie saine...

Poser les bandes ... poncer... Poser les bandes ... poncer...Poser les bandes ... poncer...

on devine la limite carbone et satin+epoxy.

Et pour finir ! Gelcoat et poncer...

Papier à l'eau grain  de 240 à 1000

Puis polish

et voilà le travail ! (le trait noir a été ajouté sur la photo pour marquer la partie refaite).

Le poids est toujours à la jauge 3.5-3.6 kg à la précision de la balance familiale près.

Cette "expérience" peut se décliner aussi bien sur la dérive que le safran et j'en profite pour joindre les cotes de ces appendices très gentiment fournis par Laurent Mallay et je remercie aussi Loïc Erard artisan de cette belle réparation et photographe.

Février 2018  - Denis DUQUESNEL FRA 2671