CONTENDER FRANCE 

accueil

 

La Rochelle 2010

le Contender

nouvelles

contacts

galerie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

ESSAYEZ UN CONTENDER

Contender France dispose d'un bateau d'essai.

La coque Rondar est un don de la German Contender Association.

Le bateau est actuellement  basé à Jablines (77) où chacun peut l'essayer.

Merci au club local, le CNGIJA, et à la base de loisirs pour leur aide matérielle.

Le bateau fera le voyage de Quiberon lors du National Contender 2017 (du 24 au 27 mai) où chacun pourra l'essayer.

Pour l'essayer, contactez J F Dachet FRA-2312  secretaire[at]contenderfrance.org

ILS ONT ESSAYE !

  • Mathieu, équipier de 505 :
    Tout d'abord qui je suis. Je navigue sur les eaux douces et salées depuis l'âge de 7 ans sur un peu tous les supports. Et depuis 4 ans je fais du 505. Equipier en régate mais aussi barreur sur un vieux 505 Lanaverre sur le lac de Moisson-Lavacourt. C'est sur ce lac que j'ai rencontré Jean-Paul et sa luge solitaire.
    J'avais remarqué sur le parking une silhouette élancée très proche du dessin d'un Flying Dutchman en plus petit. Un rêve de gosse... Un Contender. Le rêve peut être de tout équipier ! Pourquoi ? Parce que, pas besoin de chercher un barreur, c'est un bateau solitaire... On peut monter au trapèze et barrer ! "Jean-Paul, tu me prêterais ta machine" avec la certitude que je vais draguer le fond du lac à plusieurs reprise... Mais ma devise : "No risk, no fun". Après quelques conseils de Jean-Paul : "Surtout penses à libérer le hale-bas avant de virer sinon tu ne passeras jamais sous la bôme..." (Ça sent le vécu...). Je me lance. Le Contender est très bas sur l'eau., il glisse tout seul au moindre souffle d'air. L'équilibre est un peu dur a trouver. GO ! je me lance au trapèze. Pas trop en arrière sinon le bateau va s'arrêter... Une risée tout va bien... Et là, une molle, mal anticipée ! Je recule dans le bateau pour pouvoir rentrer et un petit coup de rein pour revenir, ça tire mat sur moi et le bateau vient directement s'effondrer sur moi qui espère une risée pour se ressortir de l'eau, mais non ça sera copain-copain avec les poissons... Retour sur la luge. On va rester au travers du vent histoire d'avoir la vitesse sans se préoccuper du cap... Et voila nickel, le bateau glisse un vrai plaisir de barrer au trapèze ! Une vrai luge, je commence a prendre mes marques. Et en effet : Ne pas oublier de libérer le hale-bas dans les virements de bord... Retour avec les poissons... Vexé ! Je recommence, mais les conditions de vent sur le lac, risées, molles me fatiguent rapidement du fait du manque d'habitude de la navigation sur le Contender.

De retour à terre, j'ai qu'une seule envie réessayer en mer avec un vent plus stable pour trouver mes marques. Merci Jean-Paul de m'avoir permis de réaliser un rêve d'équipier.
 

  • Jean-Charles, pratique le Laser

Le vent était faible, (8/10 nœuds), mais j'ai trouvé le bateau très sympa à barrer à toutes les allures. La voile est puissante, heureusement qu'il y avait le trapèze pour maintenir le bateau à plat dans les risées. J'ai eu de bonnes sensations.